A l’école, le harcèlement sexuel scolaire « inversé »disculpe l’enseignant

On parle aujourd’hui de manière récurrente, de “classe inversée“ pour invoquer, en pédagogie, un concept directement dérivé de la “flipped classroom“ anglo-américain qui met, dorénavant, au-devant une approche pédagogique nouvelle qui inverse la nature des activités de l’enseignant et modifie les rôles traditionnels d’apprentissage de l’apprenant à l’école. Ce billet ne donne pas les détails et ne fait ni le plaidoyer, ni le blâme de ce principe pédagogique nouveau qui, à ne point en douter, compte aussi bien ses amateurs que ses pourfendeurs. L’allusion à la métaphore de la classe inversée ne nous sert ici que de prétexte pour évoquer plutôt un autre phénomène tout aussi récurent qui s’observe en éducation : celui du harcèlement scolaire. la suite…

RDC : la vente des syllabi à l’université, une pratique «antidote» à la mise en ligne des cours ?

Dans l’enseignement supérieur, on s’accorde en général à dire qu’un « syllabus » est la présentation générale d’un cours, qui reprend toutes les informations à savoir sur le sujet par les étudiants. Dans le contexte congolais, la pratique très répandue de la vente de ces notes de cours aux étudiants par les profs servirait-elle d’antidote à la mise en ligne des cours ?  la suite…

La fracture générationnelle dans les usages des TIC et le nécessaire flirt entre le digital et l’enseignement

générationART

Elles sont nombreuses aujourd’hui, les études et les théories qui rapprochent les usages des technologies de l’information et de la communication à la tranche d’âge des consommateurs de ces technologies. Dans les parages des écrits de nombre des sociologues qui décrivent les stéréotypes de la fracture générationnelle des ces usages, il devient amusant de décrypter cette fracture générationnelle dans le contexte de l’intégration des TIC à l’enseignement.     la suite…