Entre Kinshasa et Brazzaville : un pare-feu de sécurité en lieu et place d’un pont sur le fleuve congo ?

KINBRAZZAZ

A la lumière des récentes et massives expulsions des RD-Congolais du Congo-Brazza vers leur pays d’origine et des nouvelles mesures diplomatiques instituant désormais un visa de séjour, en lieu et place d’un simple « laissez-passer« , aux ressortissants de deux pays, tout semble indiquer que les « politiques » congolais des temps modernes ont choisi d’établir un pare-feu de sécurité entre leurs capitales respectives, plutôt qu’un pont. Dommage.

Kinshasa et Brazzaville, les deux capitales les plus rapprochées au monde   

La République démocratique du Congo et la République du Congo-Brazzaville, on le sait, sont les deux capitales les plus rapprochées du monde. En effet, Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, et Brazzaville celle de la République du Congo ne sont séparées que par un fleuve : le fleuve Congo.

Par essence, une rivière est faite pour séparer deux entités géographiques différentes. Elle sert, malheureusement, dans ce cas, souvent de frontière naturelle qui éloigne et divise des peuples. A contrario, une rivière peut sous-tendre une vraie unification et rapprocher ses riverains lorsqu’elle supporte un pont qui relie leurs rives.

A la lumière des récentes et massives expulsions des RD-Congolais du Congo-Brazza vers leur pays d’origine et des nouvelles mesures diplomatiques instituant désormais un visa de séjour, en lieu et place d’un simple « laissez-passer« , aux ressortissants de deux pays, tout semble indiquer que les « politiques » congolais des temps modernes ont choisi d’établir un pare-feu de sécurité entre leurs capitales respectives, plutôt qu’un pont. Dommage.

Et pourtant…

Dans les temps anciens, les riverains et utilisateurs de ces deux pays ne se sont pas beaucoup, sinon jamais, interrogés sur l’unité que leur a toujours procuré le fleuve Congo qui les a pourtant toujours séparés. Dans l’histoire récente de ces deux pays, des musiciens congolais, à l’instar de Franklin Boukaka, ont vite fait d’incarner cette réunification de deux Congo dans cette belle mélodie :  » Pont sur le fleuve Congo « .  

Franklin Boukaka a su dans sa chanson exprimer un souhait larvé des peuples riverains : celui de créer un pont entre Brazzaville et Kinshasa, un souhait jamais exhaussé par les « politiques« . Sa complainte musicale chantée en langue lingala, une langue parlée sur les deux rives du fleuve Congo, je la comprends aussi comme le symbole d’un pont entre les âmes des peuples des deux rives. Elle évoque aussi une sorte d’angoisse permanente des citadins devant la multiplication des conflits sociaux et  une dégradation des valeurs morales positives au profit de l’argent et de la haine. Dans sa traduction française, voici le condensé de la complainte de Franklin Boukaka :

Mes amis, le Congo d’aujourd’hui est un grand Congo
Vraiment cela se fait voir
La façon dont le Congo s’est développé
Mes amis, recevez aujourd’hui mes encouragements
Pour l’unité du Congo
Suivons en cela les conseils de Lumumba
Que l’entente règne entre Kinshasa et Brazzaville

Une absence d’intégration économique et sociale…

Au-delà de l’anecdote, il ne faut pas être économiste  sociologue ou anthropologue de renommée pour comprendre l’effet bénéfique d’une intégration économique et sociale qu’un pont apporterait sur les deux pays. Hélas, hélas…, c’est à croire que, de chaque côté, des deux rives du fleuve les experts n’ont jamais su à ce jour argumenter auprès de leurs  « décideurs politiques « .

Un pare-feu de sécurité ?

En revanche, il est fort intéressant de constater l’ahurissante facilité de ces décideurs politiques à intégrer le concept de sécurité censé, sans doute, sauvegarder leurs intérêts et privilèges particuliers. En prenant la métaphore du pare-feu de sécurité informatique, on croirait nos décideurs politiques plus aptes à assimiler les normes de sécurité informatique. Pourquoi s’étonner : ne sommes nous pas tous entrés dans l’ère du « tout numérique » qui conduit le monde moderne actuel ? Aucune ignorance de cette discipline n’est plus permise aux personnes qui ne veulent plus s’afficher comme des analphabètes du 21e siècle. Surtout quand celles-ci sont des personnes très « médiatisantes »

Dans cet élan, il est plausible d’imaginer que les « politiques » congolais de deux rives ont, sans doute, vite compris que pour « leur sécurité« , l’irrigation d’un pare-feu entre les capitales était plus encline à protéger leurs intérêts. Ils n’ont cure de l’intégration économique ou sociale de leurs pays et peuples respectifs. 

Qui a dit que : « la rivière ne voit jamais le dessus du pont » ?

REFOUL

Sur les expulsions récentes et encore en cours des RD-Congolais du Congo-Brazza, la force et la puissance du « tout numérique » au travers des réseaux sociaux ont décrit des faits graves, montré des images horrifiantes et des scènes insoutenables de ces expulsions. Hier, fin avril, c’était plus de 130 000 RD-Congolais expulsés de Brazzaville. Aujourd’hui fin juillet, c’est près de 14 000 qui le sont de Pointe-Noire.

Lors de ces déplacements, on a pu voir les écarts et abus insupportables de comportements de policiers brazzavillois qui ont accompagné et/ou accompagnent encore ces expulsions. Ni la langue de bois de quelques officiels congolais de Brazzaville qu’on a pu entendre sur certains médias internationaux, ni le silence intriguant de ceux de Kinshasa ne sauront et/ou ne pourront continuer à masquer indéfiniment la vérité : les peuples sont sacrifiés sur l’autel de la sécurité des « politiques »congolais.

REFOUL2

Qu’à cela ne tienne, l’espoir pour le (s) peuple (s) congolais, si mince soit- t-il, reste néanmoins important. A l’image de la poétesse française, Chantal Dupuy-Dunier : «  La rivière ne voit jamais le dessus du pont « , ces peuples peuvent soutenir leurs espérances.

En effet, bien que parlant abondamment de la mort dans son roman  » Mille grues de papier » d’où est tirée cette citation, l’auteure y délivre aussi un immense message d’espoir. 

Pendant près de deux mois, le « boulot » m’a conduit dans le Congo profond, loin de ma permanente résidence de Kinshasa, la capitale de mon pays : la RDC. Un déplacement à « l’intérieur »  qui m’aura grandement édifié sur la qualité de la connexion Internet dans mon pays. En résumé : loin de Kinshasa, point de salut pour les « accros » du net. Le stress est permanent, la connexion Internet dans le pays profond, rame … rame et rame tellement. Le retour au bercail du net à Kinshasa la capitale, me permet de « billeter » à nouveau sur mon blog. Excusez-moi, donc de revenir sur des sujets qui peuvent sembler quelques peu anachroniques à certains, peut-être. Mais celui, pénible, du retour forcé des RD-Congolais vers leur pays m’aura tellement taraudé l’esprit qu’il m’a secrété ce billet…

The following two tabs change content below.
laackater
Je suis Congolais de la RDC. Je réside à Kinshasa. J'enseigne à l'université. Je suis de la génération grisonnante, mais féru des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Je m'intéresse particulièrement aux technologies éducatives

4 commentaires

  1. Très bien décrit le choc de ces expulsions ignobles. Il est plus que temps que le politique cesse de se moquer du sort de tout un peuple pourtant engagé dans la cohésion.
    Excellent billet.
    Loin de Kinshasa plus de connexion, soit,
    A Goma, nous accèdons bien que péniblement à se connecter, à billeter et même faire des achats en ligne… juste un bémol

    • laackater

      Hi Chantal. Goma est certainement assez bien lotie pour la connexion internet…. alors heureux vous les « gomatricienautes » (contraction de gomatricien + internautes). Et dire qu’il n’y a pas longtemps j’étais pas si loin (sic) (près de 400 Km tout de même) de ta résidence…à Beni, Butembo, Isiro, etc.. où j’ai récemment séjourné et où, je t’assure, l’accès à l’internet aura été un vrai calvaire pour moi. Quant à nos « politiques » désintégrateurs du peuple congolais, qu’ils se détrompent… le peuple congolais est indivisible et il saura tôt ou tard le leur faire savoir. Merci Chantal, chacune de tes visites sur ce blog est un immense plaisir pou moi

  2. Serge

    Très beau texte. On est malheureusement très loin d’une intégration en afrique centrale. L’amérique latine qui est pourtant bien avancée a du mal avec son Unasur.. il faut pour cela, un niveau assez similaire de bien-être social, éducation et économie de même niveau (ou relativement), et bien évidemment: paix et démocratie… Or, en Afrique…
    c’est étonnant de voir que ceux de l’Ouest, pourtant assez bien parti hésite encore. En effet, le franc CFA est autre selon qu’on est au cameroun, au sénegal ou en Cote d’ivoire… pourquoi?
    Et quant au Panafricanisme dont on nous parle souvent… laissez-moi rire ! 🙂

    • laackater

      Oui Serge, c’est tout simplement triste pour l’Afrique. Puissent les générations nouvelles que vous allez bientôt constituer pour ce continent mieux comprendre où se trouvent les vrais intérêts de l’Afrique et peut être… rirons-nous moins de nous même. Yambi à tes visites sur ce blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *