Le coronavirus : un mal pour le bien du numérique éducatif ?

Article : Le coronavirus : un mal pour le bien du numérique éducatif ?
10 mars 2020

Le coronavirus : un mal pour le bien du numérique éducatif ?

Le Covid-19 ... un terrible virus
Image par Gerd Altmann de Pixabay
Le Covid-19, un virus à vaincre à tout prix
Image par Gerd Altmann de Pixabay 

Le Covid-19 : un virus qui répand la terreur…

Plus de 100.000 cas d’infections au coronavirus, pour près de 4000 personnes déjà mortes sont recensés, ce lundi 9 mars 2020, dans le monde parmi les victimes du terrible Covid-19. Des chiffres que tous les médias, ou presque, du monde annoncent en constante progression et dont on peut suivre l’évolution en temps réel sur cette carte mise au point par des chercheurs de l’université américaine John-Hopkins. La carte répertorie tous les cas confirmés ou suspectés de contamination de coronavirus, à travers la planète. On le voit, de la Chine continentale où il est apparu et de l’hinterland asiatique où il est resté confiné quelques instants, le Covid-19 répand désormais la terreur dans le monde entier. Comme dans la célèbre fable des « animaux malades de la peste » du grand poète et conteur français Jean de La Fontaine, tout le monde n’en meurt pas, mais tout le monde tremble d’angoisse à l’évocation de ce terrible mal. L’Afrique, un temps épargnée, commence elle aussi à compter ses infectés de Covid-19 dans une dizaine des pays  contaminés à ce jour : Egypte, Sénégal, Algérie, Afrique du Sud, Cameroun, Togo...

Les effets pervers du coronavirus et ses conséquences économiques

De partout, les commentaires relatifs au Covid-19 ne rassurent guère. Pour conter les effets pervers de ce redoutable virus, sur la vie des contemporains, diverses actions sont entreprises dans les pays les plus touchés : des millions de personnes sont confinées, en raison de mesures de quarantaine, des rassemblements sont interdits, de nombreux événements artistiques et culturels sont reportés, sinon, annulés. Des manifestations sportives sont (re)programmés à huis clos, sinon annulés, etc.. . En termes de conséquences économiques, la panique et l’inquiétude sont davantage mieux perceptibles. On a pu observer, avec effroi, ce lundi 9 mars 2020, un inquiétant virement au rouge de certains paramètres économiques, pour cause de coronavirus : chute inhabituelle et anormale de toutes les places boursières mondiales, surtout les places financières asiatiques qui ont entraîné une véritable panique sur les prix de pétrole, etc… Rajoutés à la débâcle de l’économie touristique et/ou celle des transports, les économistes craignent désormais une plus grande secousse du système économique mondial aux conséquences encore insoupçonnées.

Visiblement, rien ne semble rassurant. Comme pour la peste, au 17e siècle, au temps de Jean de La Fontaine, le coronavirus reste, plus que jamais, ce mal qui répand la terreur, cette fois parmi les hommes

Malgré tout, le Covid-19 peut-il néanmoins, booster la classe virtuelle ?

Et si à quelque chose... malheur était bon. Le Covid-19 pour booster la classe en ligne
Image par expresswriters de Pixabay
Et si à quelque chose… malheur était bon. Le Covid-19 pour booster la classe en ligne ?
Image par expresswriters de Pixabay
La classe virtuelle à la rescousse de l’apprentissage en ce temps de Covid-19. Pourquoi pas ?
Crédits : Photo by Saitarg via iwara

Dans le secteur éducatif, afin d’éviter le confinement des écoliers et étudiants, dans des écoles ou des universités considérées comme hauts lieux à risque de propagation du Covid-19, dans nombre des pays, à l’instar de l’Italie, désormais deuxième pays le plus touché, après la Chine, par le coronavirus, de même qu’en France, on ferme les écoles et les universités. Mesure salutaire et sage, sans aucun doute. Mais que faire alors des écoliers et des étudiants ? Faut-il les condamner à l’école buissonnière ? Très vite, dans certains pays, comme en Italie ou en France, on a pensé à l’alternative de la classe virtuelle et de la formation à distance.

Certes, nombre d’enseignants continuent à penser que le numérique ne change pas forcément la pédagogie ou la didactique, beaucoup restent à ce jour bien timides dans l’utilisation du numérique dans leur enseignement au quotidien. Beaucoup s’interrogent encore sur la pertinence du numérique dans de nombreuses situations d’enseignement. Il faut reconnaître qu’ils sont encore nombreux, surtout en Afrique, qui exercent dans des situations matérielles et techniques qui ne peuvent les détourner de la souplesse d’utilisation du papier, du crayon, du manuel, etc. toujours à « portée de main ». A contrario, il faut aussi reconnaître que les pratiques de la classe virtuelle apportent l’innovation pédagogique et des solutions qui correspondent réellement à la situation connue actuellement avec l’épidémie du Covid-19 avec ses confinements imposés, accompagnés des fermetures des écoles. L’arrivée d’une épidémie telle que le Covid-19 rabat les cartes pédagogiques qui se jouent non plus dans les salles de classe, mais bien en dehors. Aussi, malgré le drame, malgré l’angoisse, malgré la frayeur qu’il traîne, ma question reste à l’ordre du jour : et si le Covid-19 devenait une opportunité pour le numérique éducatif ? L’apprentissage à distance est d’ailleurs la voie que prône l’Unesco, afin de permettre à plus de 360 millions de jeunes privés d’école, dans plus de 150 pays à travers le monde, pour cause d’épidémie de coronavirus Covid-19, en organisant une visioconférence qui invite, ce mardi 10 mars, les États à tirer parti des technologies mobiles peu coûteuses mais disponibles à des fins d’enseignement pour ces millions d’enfants défavorisés.

Partagez

Commentaires

Mawulolo
Répondre

Bien vu !!!
Mais la formation virtuelle combinée à des rencontres physiques est encore meilleure pour la consolidation des relations humaines, mais ça c'est quand il n'y a pas de Covid-19 dans le coin...
Très bel article...

laackater
Répondre

En effet, nombre des pédagogues recommandent davantage le mode "d'apprentissage mixte" associant à la fois le présentiel au distanciel, connu sous l’appellation de "blended learning" ou "e-blended learning". Ils lui trouvent des vertus pédagogiques indéniables. Mais tu l'as si bien dit... "çà c'est quand il n'y a pas de Covid-19 dans le coin..." Merci, cher ami "Malu", d’être passé par ici. Laisses-moi te le dévoiler, à présent...je te lis fréquemment sur ce forum. Covid-19 obligeant, protégeons nous bien...